lundi 23 janvier 2012

[Mémoire sélective]



L :

Tu me manques.
Je n'arrive pas à t'oublier. 

Moi :

Moi, je me souviens juste que tous ces longs mois se sont, finalement, écoulés.
En apparence,  sans heurt ni pleur.
Les jours heureux et malheureux se sont succédés,
Sans jamais me donner, aucun espoir de te retrouver.
Le temps a tout effacé.
J’ai attendu, patiente et droite comme la mort.
J’ai attendu ton absence. Mon oubli.
J’ai attendu que le temps efface nos souvenirs.
Qu’il emporte avec lui, le fantasme, les odeurs aussi.
Les odeurs surtout. Parce qu’avec elles, je réinventais l’ivresse de nos caresses, tu comprends?
J’ai attendu que tes couleurs s’estompent. Pour me les réinjecter, une à une.
Mon fantôme a, alors, repris quelques nuances.
De rose. Et toi, tu es devenu tout gris.
Les rôles se sont inversés. D’autres se sont inventés.
Le tien s’est éventé.
Oui, je me souviens que le rideau est tombé, mon amour.
Je suis désolée.