dimanche 20 novembre 2011

La vérité




Tout ceci n’est que pure fiction. Pour qu’on me foute la paix.
Vous êtes terribles.
Vos regards. Vos jugements. Vos incompréhensions m’empêchent de vivre cette vie que j’ai, pourtant, choisie.
Arrêtez de croire que je la subis. Il n’y a que vous que ma situation met mal à l’aise. Pas moi.
Vos angoisses m’obligent  à me victimiser. Ça vous rassure. Alors je joue. Je me donne en spectacle. Je crée l’illusion. Celle, qui vous distrait de cette solitude qui vous est si insupportable. Satané transfert quand même !
Aujourd’hui, Je suis lasse de vous écouter  m’exposer ce que vous entendez me voir vivre. Ce que je mérite. A bien y regarder, vous voulez que je sois comme vous, vissée dans un couple.
Ma seule tare ? Ne pas vouloir plaire aux hommes. Depuis trop d’années maintenant. Ça en devient suspect, n’est-ce pas ?
J’en suis devenue tellement décevante. (Si, au moins j’étais attirée par les femmes. Négatif, désolée)
Ça vous angoisse tellement que ma seule trouvaille fut de m’inventer. Me raconter,  une vie, des amours et quelques emmerdes.
Bullshit. A peu de chose près.
Ceci dit,  je me suis bien amusée, merci de m’y avoir poussé.
Là, ça suffit.
Je m’enlise, m’ennuie et me lasse.
Et, surtout,  je m’en veux de piéger  votre compassion grandissante.
Pas toujours facile à vivre, ma solitude n’est pas une infirmité. Elle donne un certain pouvoir à ma liberté.
A vous que j’aime,
Arrêtez de vouloir me caser, à chaque dîner !!!
JE VAIS BIEN !