mardi 18 octobre 2011

Le Vent



Tu seras l’amant. Du moment.
J’arrive de loin pour te chercher.
Je te veux doux et régulier
Comme une caresse
De quoi me reposer un instant.
Reprendre quelques forces,
Réchauffer ma peau froide comme la mort
La pimenter de ce sel blanc qui me manque tant.
Mon pouls, alors seulement, repartira,
Et tu m’emporteras. Tu m’envoleras
Tu tapisseras l’intérieur de mon ventre de cette peur exquise
Qui me rend si folle de toi.
J’aimerai te dompter, sans compter. Une acharnée.
Te faire courber l’échine d’une simple traction d’aile.
Te tirer vers moi et gagner d’autres rives.
Je me laisserai aller, si tu te laisses emporter.
Un duel amoureux.
Avant la prochaine envolée.
J’arrive. Repose-toi.