mardi 16 août 2011

Naples



Il est de ces adresses qui se murmurent à l'oreille.
Dormir au Purgatoire relève de l’expérience. Il faut, lors de la réservation au téléphone, séduire Nathalie, se faire déposer en taxi dans le centre historique, attendre au 39 de la via San Biagio dei Librai qu’un émissaire vous remette les clés, admirer la façade Renaissance du palais Marigliano, avant de rejoindre ses appartements aux proportions musicales. « L’hôtel est un moyen plus qu’un but. Je voulais montrer des artistes, vendre leurs œuvres, favoriser des rencontres. J’ai proposé un jeu : inventer la maison de quelqu’un. Chaque personne qui passe donne un livre, une trace d’elle-même» raconte Nathalie de Saint Phalle, propriétaire du lieu.
Dix ans plus tard, le Purgatoire a un propriétaire fictif, Robert Kaplan, collectionneur d’art contemporain. Sa demeure dessine un portrait, celui des 500 hôtes qui y ont dormi.